•  
     
    Delete - Le Logo

     

    Animé par Sid,   Delete Your Favorite Records se veut plus qu'un label parmi d'autres. Sid a gentiment accepté de nous en dire un petit peu plus à son sujet. "D.Y.F. Records a vu le jour courant 2012. Bien plus qu'un simple label, Delete est une structure d'aide à la promotion et à la diffusion de musique rock au sens large, à usage des labels et des groupes indépendants. Au départ, il réunissait des groupes comme : Dirty Fonzy,Ta Gueule, Uncommonmenfrommars. Mais, nous l'avons rapidement ouvert à d'autres groupes : All of you down, Arteries Shaking, et bientôt The Shell Corporation (Etats-Unis) et Saturn (Toulouse). Le fonctionnement de Delete Your Favorite Records n'étant pas figé, le contenu, des collaborations, dépend des besoins et des envies de chaque artiste. Dans ces conditions, difficile de le ranger dans une case. Il faut le voir plus comme un outil mis à la disposition des groupes. Au fil du temps, Delete deviendra ce que ces derniers en feront."

    Site : http://deleteyourfavoriterecords.bandcamp.com

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Kids of the black hole

    Kids of the black hole - Numéro 1

     

    Aujourd'hui, à l'heure des webzines et autres blogs, rares sont les acteurs de la scène à publier encore un fanzine papier. Plus rares, encore, sont les fanzineux à nous transmettre un exemplaire de leurs modestes publications. Nous ne boudons donc pas notre plaisir lorsque nous recevons un objet, de 24 pages, comme "Kids of the Black hole". Au premier abord, ce zine au format poche ne diffère guère de ses illustres prédécesseurs des 80's, 90's. Des blocs textes, sur fond noir, collés entre deux illustrations, des chroniques, une interview..., bref rien de bien nouveau sous le soleil. Cependant, en reprenant l'esprit ouvert la chose en main, des différences notables apparaissent par rapport aux "canards" du passé. D'abord, le soin apporté à la maquette, à la mise en page, au sommaire : live reports Simon Chainsaw, compile Overload, interview Bern' de la Démothèque, soutien à la feuill'info, entre autres. Ensuite, l'étonnante qualité des photographies, réalisées, chose rare, par une amateur chevronnée, est à souligner.

    Plus encore, la plume vivante et légère des auteurs constitue probablement le meilleur atout de ce fanzine. Les auteurs, justement, Eléonore et Anthony, les principaux, un duo de choc fédéré autour de Delphine, la talentueuse graphiste et photographe dans l'esprit de laquelle a germé l'idée un peu folle de lancer Kids of the black hole. Tombé dans la grosse marmite de la culture musicale underground voilà 8-12 ans, notre trio périgourdin a bénéficié, pour ce n°1, de l'aide d'autres talents : Virginie B, illustratrice, Marc Roumagne, de l'association Some Produkt, Hervé Labyre, entre autres. Gratuit, ce premier numéro est distribué sur Périgueux. Mais si vous ne résidez pas dans cette cité, il devrait vous être possible de vous en procurer un exemplaire en adressant un petit mot gentil à Delphine et... en lui faisant parvenir quelques timbres ;-)

    Sites :
    http://flowers-and-bones.weebly.com 

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • La Guêpe Ecrasée - Photographie bricolée

     

    Lot-et-Garonnaise, La Guêpe Écrasée est une formation punk-rock sans prétention en activité depuis l'an 2000. Rotten, Mac, Blacou et Bob constituent l'essaim à la manœuvre, loin d'être "écrasé". Comme il nous l'explique ici, ce quatuor joue avant tout par plaisir et faire plaisir.

    Vous souvenez-vous dans quel contexte la Guêpe Écrasée a vu le jour ?

    Rotten : "A la fin des années 80, Bob, Mac et Blacou se retrouvaient chez l’un d’eux pour faire de la musique. Puis, en 2000, je suis arrivé dans le groupe auquel j’ai amené mes influences punk. De là, est née si l'on peut dire La Guêpe Ecrasée avec ses propres compositions en mélangeant nos racines musicales respectives. Lorsque notre répertoire a commencé à s’étoffer, sollicités par nos nombreux potes, nous avons écumé nos premières fêtes de la musique. Puis, devant l’intérêt du public pour nos prestations, nous avons décidé de nous mettre au travail plus sérieusement et de trouver notre véritable identité. Toutefois, nous jouons avant tout pour le plaisir."

    Pouvez-vous vous présenter et nous résumer vos parcours musicaux ?

    "Mac est à la basse et au chant. Il a déjà joué dans les Conifèles, un groupe rock formé autour du batteur de Drei O’Clock. Blacou, à la guitare, est à l’origine du noyau dur de la guêpe. Bob, quant à lui, est à la batterie et au chant. Moi, Rotten, je suis à la guitare et au chant. J'ai par le passé joué dans Les Paranos, un groupe punk et dans Mr Shaïtana. Enfin, Casquette notre actuel sonorisateur, roadie et chauffeur, est le dernier arrivé dans notre petit groupe. Nous avons peu d’expérience musicale derrière nous. Excepté Mac et moi-même qui avons fait quelques scènes avec nos groupes respectifs. Les autres ont surtout joué chez eux pour le plaisir."

    Comment organisez-vous vos répétitions ? Et, où se déroulent-t-elles ?

    En chœur : "C'est top secret ! Nous avons trop de groupies !!" (Rires)

    Mac : "Notre organisation est très stricte. Tous les quinze jours, chacun son tour, l'un de nous apporte le casse-croûte : saucisson, chorizo, chips et bières !"

    Rotten : "En fait, nous répétons dans une cave aménagée avec nos petits bras en studio de répétitions. Nous nous y retrouvons tous les quinze jours voire toutes les semaines en période de concerts. Car il ne faut pas que celaprenne le pas sur nos vies familiales et sur le sommeil de celle qui dort à l’étage ! Concernant le déroulement, nous arrivons dans ce local vers 18 h 30. Puis nous ouvrons une canette en discutant sur notre semaine passée ou de notre dernier concert. Ensuite, nous mettons les amplis en chauffe et nous enquillons la liste de nos titres du moment. A la fin de la répétition, c'est chips, saucisson, pâté, verres de rouge, grillades, etc. Généralement, nous rentrons chez nous entre 1 h 30 et deux heures du matin."

    La Guêpe Ecrasée - Un photo montage

     
    Rencontrez-vous des difficultés en termes de lieux où vous produire ?

    Rotten : "Jusqu’à présent, aucun de nos concerts n’a été démarché. No stress. Cependant, tous les lieux ou nous avons joué nous ont réservé un bel accueil comme au Pavillon 108, au Houlala rock bar, au Duo et diverses associations organisatrices de soirées rock. Nous ne sommes pas difficiles à partir du moment où nous sommes bien reçu et qu’il y a de la bière et du saucisson !!! (Ndlr : ahaha). On pose nos amplis."

    Mac : "Nous attendons que l'on nous propose des dates."

    Bob : "Mais pas trop quand même, ça fatigue !" (rires).

    Après l'album "Prends donc une bière", avez-vous un nouveau projet ?

    Bob : "Oui bien sûr ! Mais, il va falloir composer d’abord."

    Rotten : "Devant le succès inespéré de « Prends donc une bière », nous avons bien entendu le désir de retourner en studio et de proposer à nos fans un nouvel album plus fourni et abouti. Donc après notre récent concert avec les Dirty Fonzy nous allons nous enfermer dans notre cave et nous remettre à composer avec assiduité. D'autre part, la compilation du fanzine Sacrée Revanche, à laquelle nous avons participé avec d'autres groupes du Lot-et-Garonne, devrait sortir d’ici peu." Ndlr : nous y reviendrons dans les colonnes du Temps Désarticulé dès que nous l'aurons reçu.

    Parlez-nous du "profil" de vos fans, des personnes écoutant la Guêpe.

    "C’est très varié, nous avons de grandes familles et beaucoup de copains."

    Rotten : "Et quelques malentendants également ! Un peu comme les Sheriff, si je peux oser la comparaison. Nos chansons plaisent à toutes les tranches d'âges. Nous ne cherchons pas à avoir un public bien précis. Ce qui compte à nos yeux c’est que les gens prennent du plaisir. Lorsque nos auditeurs sont réceptifs à notre musique, nos chansons, cela se ressent sur notre manière de jouer. Il est, en outre, intéressant de pouvoir discuter avec ces personnes après les concerts.  Nous faisons ainsi, parfois, de belles rencontres."

     

    La Guêpe Ecrasée - Le logo officiel du groupe

     

    Vous intéressez-vous à la presse alternative (rock, punk, écolo, etc.), aux fanzines ?

    Rotten : "Je suis abonné à Sacrée Revanche, un fanzine assez complet donnant, surtout, la parole à des groupes et des associations du Lot-et-Garonne. Je m'intéresse de plus à quelques webzine dont le fameux Temps Désarticulé (ndlr : merci Rotten !). Le L.T.D. publie de belles chroniques sur les petits groupes français. Autrement nous ne nous intéressons pas plus que cela à la presse alternative car nous manquons cruellement de temps !!"

    Désirez-vous ajouter quelques mots à l'adresse des lecteurs du Temps Désarticulé ?

    "Nous ne sommes pas des professionnels de la musique. Nous jouons surtout pour nous amuser. Et, nous nous amusons ! Prenez autant de plaisir à nous écouter que nous à jouer ! Bougez-vous ! Dans les petits bars, les salles de concerts. Il y a plein de petits groupes qui méritent d’être écoutés, supportez les musiciens, les chanteurs de votre région ! Ils ont souvent des messages intéressants à faire passer. Vive l’alternatif ! Vive le rock n’roll !"

    Dans ses chansons la Guêpe s'intéresse au sort des SDF, à l'obsession de la "météo", à l'arrêt difficile mais au combien bénéfique du tabagisme, entre autres. Toutes les paroles figurent sur le site de l'insecte ;-)

    Propos recueillis fin septembre-début octobre 2012.

    Pour en savoir plus :

    Le site de La Guêpe Ecrasée : http://lge.jimdo.com

    Lisez notre chronique du 1er album de la Guêpe, dans notre rubrique "CD, DVD, à vos platines", ici

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  •  
    Les Fossoyeurs Septik - Anarcho folk pas content

     

    Quel plaisir de recevoir un petit vinyle à l'heure où le compact disque semble en perte de vitesse, face aux supports numériques. Ce 45 tours des Fossoyeurs Septik est un avant goût de leur premier album, annoncé pour 2013. Le combo nordiste fait dans l'anarcho-rock-folk acoustique "pas content" et il y a de quoi certains jours ! En face A, la chanson "La haine" dénonce la monté dans les urnes de la peur et de la haine ordinaire à l'égard de l'autre, l'étranger, d'où qu'il vienne. Sur la face B, "On ira pas au paradis" est un cinglant pied de nez au "On ira tous au paradis", de M. Polnareff. Dans cette chanson, le quatuor emmené par Laurent, chanteur et guitariste, affiche avec mordant son athéisme. Toujours en face B, "Les sales caboches" est une vigoureuse charge contre la dictature au quotidien de la beauté à tous crins. Quelque soit la chanson, les mélodies, les arrangements ont été travaillés avec soin. L'enregistrement des trois titres de ce disque est dans l'ensemble de bonne qualité. Ce premier "opus" des Fossoyeurs n'aurait probablement pas vu le jour sans le soutien des labels Punk shadows et Keponteam. Vendu seulement trois petits euros sans toutefois les frais de port, il est diffusé par La distro elle a mauvaise haleine. D'autre part, il est à découvrir, en écoute libre, sur le site Internet du groupe.

    Sites :
    http://lesfossoyeursseptik.toile-libre.org ; http://ladistroelleamauvaisehaleine.fr/;;http://keponteam.org/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  •  
    Quartier Libre - Live

     

    Découvert par l'entremise de Tortue, le boss de Ronce Records, Quartier Libre est un combo de Sedan à l'énergie débordante. Enregistré le 6 novembre 2010, lors d'un concert au Forum de Charleville-Mézières, "Live, speed et kalark" est un dix huit titres complété par une interview du groupe réalisée par Jojo pour Radio Bouton. Le son est de qualité et les voix de Fab, Kev, les deux chanteurs, sont audibles. Les titres, rock, oï, ska, reggae, dont la formation sedanaise a le secret defilent à rythme soutenu, parfois trop lorsque l'on ne connait pas les paroles. "Real War", "Industrie Muzik Bizness", "Vive le Tour ?", "Le Lion du Panjshir" et bien d'autres pépites figurent sur cette galette. Au début, le public ne semble pas très réceptif, malgré les encouragements de Fab et Kev. Néanmoins, par la suite celui-ci semble se "réveiller" et entrer avec plaisir dans la danse. Rondement menée, l'entretien qui fait suite au concert nous permet d'en apprendre plus sur la démarche et l'état d'esprit de Quartier Libre. Un entretien dans lequel Fab répond avec simplicité, sans ambages, aux questions de Jojo. Disponible depuis peu,  ce CD est produit, distribué, par Ronce Records. La présentation de l'objet est plutôt réussie même si aucun véritable livret ne l'accompagne. Le prix ? 10 € p.c. Vous en aurez pour votre argent !

    Sites :
    http://quartierlibresedan.e-monsite.com/ ; http://www.roncerecords.net/

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  •  
    Radio Belgrade - Heroes

     

    Trio rock influencé, entre autres, par Nirvana, Noir Désir, Les Thugs, Police, Radio Belgrade nous vient de Port Marly (Yvelines - Ile-de-France). Chanteur, compositeur, interprète et guitariste du groupe, Laurent Diffre est accompagné de  David Cruau, le batteur, et Perpetranks, le bassiste. Premier album de cette formation, Heroes est un treize titres aux chansons poétiques, révoltés, parfois, mélancoliques et sentimentales. Citons quelques-uns des titres ayant retenus notre attention : "Messaline", "L'hiver est là", "Enfant du monde", "Johnny/Charlie", "Comme une fleur", "Esperanza". Saluons au passage la qualité des mélodies, du son et celle du livret accompagnant ce premier disque vendu 10 euros seulement. Un livret de seize pages, illustré avec un goût certain, dans lequel vous pourrez lire les textes soignés de Laurent. Seul bémol, le chant parfois un peu hésitant de ce dernier, à mettre probablement sur le compte de l'émotion. Le combo devrait bientôt sortir un second album, quatorze titres, baptisé : "Le chant des sirènes". Affaire à suivre.

    La page Facebook de Radio Belgrade
     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    1 commentaire
  •  
    Saints and Sinners - Stand by to board

     

    Faisant suite au 45 tours "Pubcrawlers", "Stand by to board" est le 1er album de Saints and Sinners. Remarquable formation tourangelle folk-rock-punk, Saints and Sinners est un quatuor en activité depuis 2008. Floi, (chant-guitare), Simon (batterie-choeurs), Julien (violon-guitare-harmonica) et Mathieu (basse-choeurs), sont, sur trois titres de cette galette, accompagnés du flutiste Romain Leloup. Sorti en 33 tours, à la pochette de toute beauté, leur présent disque est proposé avec un CD regroupant les huit titres du LP et les quatres morceaux du 45 tours "Pubcrawlers." Influencés, notamment, par The Mahones, The Pogues, Against Me, Floi, Simon, Julien, Mathieu et Romain parviennent, d'une chanson à l'autre, à une alchimie quasi-parfaite entre le "romantisme" de la folk et l'énergie sauvage du punk, punk-rock. L'ajout de la flute, sur plusieurs morceaux, amène d'intéressants accents irlandais, rappelant les influences du combo. Les mélodies variées et la rythmique soutenue retiennent l'attention d'un bout à l'autre de l'album. Et, la voix chaude et rugueuse de Floi colle parfaitement à l'esprit de la musique distillée par ses camarades. "Stand by to board" est produit par le label et distributeur Dirty Guys Rock. Il est à savourer, sans modération, accompagné d'une bonne bière... irlandaise "of course" ;-)

    Site : https://saintsandsinners.bandcamp.com ; La page Facebook de Saints and Sinners
     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire