• The Midnight Rovers - "Nous sommes fières de notre nouvel album dix titres"

     

    The Midnight Rovers -  "Nous sommes fières de notre nouvel album dix titres"

     

    Voilà deux mois seulement, The Midnight Rovers a sortie un second album baptisé "Rockin'Class". Le quatuor de la région parisienne distille, sur fond social, un séduisant et enlevé néo-rockabilly. Il répond ici à nos questions concernant notamment son nouvel opus dix titres enregistré au studio Luna Rossa.

    Dans quelles circonstances vous êtes-vous rencontrés et avez-vous fondés votre combo ?

    The Midnight Rovers existe, en fait, depuis 2006 et sous la forme actuelle depuis 2012. Aujourd'hui, nous sommes quatre à savoir Nico Loner, Cidou Basta, Manu Billy et Torz Rovers. Tout est partie d’une furieuse envie de faire, depuis longtemps, du néo-rockabilly avec quelques compositions sous le bras. Ce groupe est avant tout une histoire d’amitié de longue date. En effet, Cidou, Manu et Torz se connaissent depuis le collège ! Autant dire depuis un bail ! Au fil des ans, les changements se sont principalement faits au niveau du chant. Le combo a toujours été constitué de quatre personnes. Mais, nous avons alterné entre des voix masculines (Evarist, Nico) et la voix féminine de Marylou. Notre première démo, un cinq titres, a été enregistrée avec Evarist. Puis, Marylou a repris le flambeau quelques années durant lesquelles nous avons enregistré une seconde démo et notre premier album intitulé : "Suburb Rock’n’Roll". Suite au départ de Marylou, nous avons tout simplement diffusé une annonce et ainsi fait la connaissance de Nico. Cela a collé entre lui et nous dès la première répétition. Après 8 mois de boulot acharné, nous somme retournés en studio et avons enregistré "Rockin’Class", notre second opus. Ce nouvel album est sorti en février 2013.

    Nico - TMR


    Pouvez-vous, les uns, les autres, vous présenter et nous résumer vos parcours musicaux ?

    Cidou Basta à la guitare et aux chœurs : "J'ai joué dans Ya Basta !, un groupe de ska/rock".

    Nico Loner au chant lead et à l’harmonica : "J'ai débuté la musique très jeune, à l'église - I see the light, The light! -, mais aussi dans une chorale et en orchestres. J'ai lâché le saxophone avant d'entrer au conservatoire, vers l'âge de 13 ans, au profit de la guitare électrique et de la basse. Ce fut le gros flash, j'ai commencé à tourner dans les cafés et à écrire des chansons. Depuis, je n'ai jamais arrêté ! A 14 ans, j'ai rencontré Coco Robicheaux, un bluesman cajun lors d'un concert à l'Abattoir, à Lillers (62) Site : http://www.abattoirlillers.fr/ Il m'a invité à le rejoindre sur scène avec mon harmonica. Deuxième gros flash..."

    "Ensuite j'ai écumé les bars rock de la scène nordiste avec mes groupes Moby Dick, puis Tijuana et enfin Hannibal, tout en participant à des projets annexes. En arrivant à Paris, j'ai mis la musique de côté durant un an ou deux. Puis, j'ai refais quelques dates en solo sur Montmartre jusqu'au jour où j'ai répondu à une annonce d'un groupe de la banlieue sud... The Midnight Rovers".

    Manu Billy à la contrebasse : "J'ai joué dans plusieurs groupes, il y a bien longtemps avec Cidou et Torz entre autres, mais rien de bien sérieux. Au départ de The Midnight Rovers c’est à la basse que j’ai commencé à jouer. D’ailleurs le son de notre première démo en est le témoin. Rapidement, je suis passé à la contrebasse."

    Torz Rovers à la batterie et aux chœurs : "Durant mes années lycées, j'ai vécu mes premières tentatives musicales avec mes amis. Puis, j’ai joué du rock progressif avant d'intégrer un atelier de musique afro-cubaine où j’ai pu découvrir d’autres schémas rythmiques et m’essayer aux congas, aux timbales. Les concerts au sein de The Midnight Rovers m’ont permis de rencontrer de nouvelles personnes. C’est de cette façon que j’ai intégré The Angry Cats (ndlr : voir à ce propos notre entretien avec Fred Alpi, chanteur-guitariste de The Angry Cats, toujours dans notre rubrique "La parole aux artistes"). Mais désormais, je me consacre exclusivement aux Rovers".

    Quels sujets abordez-vous dans les chansons de votre tout nouvel album "Rockin'Class" ?

    Nos thèmes sont variés, ils parlent de la mort et de la maladie avec "Elle", des mal-logés dans "Boulevard Vincent Auriol". Marylou nous a offert un titre magnifique qu’elle avait écrit voilà longtemps mais que nous n’avions pas eu l’occasion d’enregistrer avec elle. Intitulée "Be a good girl", la chanson en question parle d'inceste. Une autre parle d'art dermique avec "Tattoos", de classe ouvrière dans "Suburb of pain". "A man in harmony" est une sombre histoire de vengeance. Que de la gaieté ! Meurtres, viols, abandon, pauvreté, révolte. On n’est pas là pour chanter les fleurs et les p'tis "zoizos", mais tout cela c'est de la faute de Torz ! Ce dernier étant à l'origine de la plupart de nos chansons. Toutefois, il reste quelques notes positives sur "Lost Soldier" dont les paroles, à partir d’un meurtre lié au racisme, offre une fin optimiste. "Elle" est un texte de Cidou et "Tattoos" a été écrit à deux mains.

    Ce qui nous inspire pour la composition des textes mais également concernant tout l’univers des Rovers ce n’est finalement que ce qui nous plaît au quotidien. Tout est issu de nos lectures et en particulier de la littérature noire à la Fajardie. Mais aussi de nos goûts cinématographiques communs avec le style à la Rodriguez ou à la Tarantino. Nous aimons mettre des petites touches de tout cela dans notre son et dans la création de nos morceaux. Dans notre nouvelle galette, nous avons également choisi de mettre une reprise du fameux "Honey Don’t » de Monsieur Carl Perkins. Un hommage au patron en somme. Il y a peu de temps nous avons mis en image par le biais d’un clip le titre "Cruel Life". Saluons au passage Le Ded - www.leded.fr - qui l’a réalisé et monté mais également Joziie Léopard - www.facebook.com/joziieleopard - la belle et pulpeuse pin-up qui apparaît à l’écran. Encore de belles rencontres.

     

    Cidou - TMR


    Musicalement, ce nouvel opus est-il différent du précédent et si oui à quels niveaux ?

    Par rapport au premier, notre album "Rockin’ Class" montre une réelle évolution vers le Néo Rockabilly. Cette évolution s'appuie notamment sur nos influences musicales à savoir des groupes comme feu les Happy Drivers, Batmobile. Voire par les classiques des 50's/60's comme Elvis Presley, Car Perkins, Eddie Cochran mais également par La Souris Déglinguée, Los Carayos. Ce cocktail donne la musique et la sonorité actuelle de The Midnight Rovers. Notre second album est assez différent du premier tant au niveau musical qu'au niveau de son enregistrement. En effet, musicalement nous avions envie d'affiner notre style et cela s'est précisé avec l'arrivée de Nico. Ce dernier nous a apporté d'autre influences et son jeu d'harmonica. Pour l'enregistrement, nous avons travaillé avec Spirou -
    www.spiroustudio.com - dans son studio à la Luna Rossa. Notre premier album avait quant à lui été enregistré façon "home studio". Pour le second donc nous avons pris plus de temps - 7 jours - sans compter le mixage et le mastering.

    Nous avions des idées plus précises, des attentes différentes liées à notre expérience passée. Une entente s'est immédiatement faîte avec Spirou sur un plan humain et musical. Spirou est, en quelque sorte, le 5ème membre de notre groupe. Il nous a apporté de précieux conseils et a d’ailleurs placé des chœurs sur "Jungle Rockabilly" - l’éléphant angineux c’est lui !! - et un orgue Hammond sur "Be a good girl" apportant à ce morceau cet aspect dramatique et poignant. Nous avons énormément échangé avec lui, toujours dans l’humour et la bonne humeur. Au niveau mélodique le son de "Rockin'Class" est plus affuté avec moins d'overdrive et une contrebasse plus présente. De plus, nos textes actuels en anglais permettent un swing différent dans la manière de placer la voix de Nico. Nous nous sommes vraiment marré à enregistrer Rockin' Class. Au final, nous sommes très fiers de ce dix titres car il représente vraiment l’esprit Rovers.

    Pourquoi avez-vous fait le choix au-delà du simple cd de le sortir en version vinylique ?

    Pour plusieurs bonnes raisons. La première, nous sommes fan de l'objet et ce support est vraiment bien adapté à notre style musical. La deuxième raison est que le format vinyle offre un meilleur rendu pour le graphisme signé Kid Subtitle (kidsubtitleATrocketmail.com). Kid avait déjà réalisé le visuel de notre premier album et d'autres visuels destinés à notre groupe. Nous avons mis des photographies du groupe signées Eric Martin. D'ailleurs, nous vous invitons à jeter un œil au travail de ce photographe en consultant son site :
    www.num-eric.com Enfin, n'oublions pas la chaleur du son d'un vinyle. S'il a été pressé en vinyle notre album est toutefois accompagné d’un insert CD. L'industrie du disque n'a jamais fait mieux que le vinyle en tant que support, à tous niveaux. Alors, sauf si ces trous de b. d'Apple nous sortent un format numérique tenant vraiment la route, nous resterons fidèle au Phono. Le mp3 c'est vraiment un désastre en termes de qualité de son dixit Nico qui n’a pas d’action Apple on l’aura compris.

    Torz - TMR

     

    Pour les kids intéressés, comment et à quel tarif, peuvent-ils se procurer cette galette ?

    Ils peuvent se procurer ce bel objet durant nos concerts ou par le biais d'Appel Aux Luttes, General Strike, La Distroy, Maloka, les labels grâce auxquels nous avons pu produire cet album. D’autres distros comme Zone Onze Prod et plein d'autres en vpc de qualités le proposeront également. Par la poste, c'est 15 euros port compris.

    Au delà de Midnight Rovers êtes-vous impliqués dans des fanzines, des radios, assosiations ?

    Cidou Basta : "Pour ma part depuis quelques temps mes activités se réduisent au groupe et à la vie de famille".

    Nico Loner : "Niet, plus maintenant... La zik et rien que la zik. Je ne vis que pour cela !".

    Torz Rovers : "Non, ma vie est bien remplie avec la zique, le taf et la famille".

    Manu Billy : "Non rien de tout cela".

    Désirez-vous transmettre d'autres informations aux lecteurs du Temps Désarticulé ?

    Nous désirons simplement saluer les gens, les groupes, les associations qui nous soutiennent et font vivre la scène d'une façon indépendante. Nous saluons également les personnes dont nous avons croisé la route, ceux qui nous ont accueillis lors de nos concerts. Sinon, nous serons en concert sur Paris et en Province durant les mois à venir. Pour avoir toutes les infos concernant nos dates nous vous invitons à consulter notre Facebook Officiel. Nous avons de nouvelles compositions et nous retournons en studio à la fin de l’année afin d’enregistrer à nouveau, et oui on y a pris goût. En attendant merci au Temps Désarticulé pour cette interview. Salutations Rock’n’Rollesques à vos lecteurs. Stay Rude, Stay Rock’n’Roll !!!!!!

    PS : Manu vend une 103 SP avec pot Malossi, kit Bidaleau et guidon torsadé, état général presque bon. Sachant qu'elle a pris feu la dernière fois qu'il a mis de l'éther dans le réservoir - à ce propos la segmentation sera peut-être à revoir - cela intéresse t-il quelqu'un ?! :-) Cidou quand à lui propose un casque avec sa queue de renard à l’arrière.

    Manu - TMR


    La page Facebook du groupe : http://www.facebook.com/TheMidnightRovers?group_id=0

    Les portraits photographiques des membres de The Midnight Rovers, publiés ici, sont l’œuvre d'Eric Martin. Un grand merci à ce photographe de talent de nous avoir permis d'illustrer ainsi cet entretien  !!!

    Site : http://www.hyst-eric.org

     

    Rockin'Class
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :