• ADN Music Prod - Logo blanc sur noir

     

    Fondé en 2010, ADN Music Prod est un label indépendant du Lot-et-Garonne. Ce label à taille humaine, a notamment produit plusieurs compilations dont Rockfellaz, Sacrée Revanche. Gabz et Babel, ses principaux animateurs, nous en disent ici plus sur l'origine, le fonctionnement..., de leur structure.

    Depuis quand existe votre label et pourquoi l'avez-vous baptisé ADN Music Prod ?

    Gabz : notre label associatif existe depuis 2010 et a été créé au départ dans le but de sortir le premier EP du groupe de reggae Highlights. Concernant son nom (ADN Music Prod), il a été trouvé dans l'urgence. Comme il nous fallait un truc simple et universel, nous avons choisi ADN. En référence, également, à un album d'HighTone vraiment marquant. Music par passion et Prod, pour ce qui se rapporte à la production.

    Babel : tout est dit !

    Présentez nous ses fondateurs, leurs parcours respectifs et votre équipe actuelle.

    Gabz : la composition de notre équipe est à géometrie variable. Elle évolue en effet selon les besoins et les souhaits de chacun.

    Babel : Gabz c'est le patron, comme j'aime l'appeler (lui moins). Le père fondateur de notre label c'est lui ! Sinon, actuellement notre équipe se compose en gros de cinq personnes, plus environ dix « pivots » sollicités en fonction des compétences de chacun pour un besoin précis, lorsqu'ils sont disponibles et motivés. Au-delà, nous avons un petit réseau de connaissances dans le milieu indépendant constitué grâce entre autres au web, qu'il nous arrive de solliciter parfois sur le même principe.

     

    ADN Music Prod - Highlights



    Pourquoi vous êtes-vous installés à Dondas, modeste commune du Lot-et-Garonne ?

    Gabz : Nous sommes originaires de ce coin de campagne et nous pensons pouvoir aider des groupes locaux à se développer entourés de verdure, c'est plus accueillant et stimulant. 

    Babel : Aujourd'hui la culture est décentralisée, avec les outils de communication modernes plus besoin d'être à Paris. On peut se faire sa communication en mode DIY à la maison et malgré tout réaliser un boulot qui tient la route. Nous n'allons pas jusqu'à dire qu'il s'agit d'un choix militant mais pas loin. Nous avons un petit réseau de connaissances plutôt étendue - jusqu'à Lille ! - Grâce à Internet, nous pouvons monter des projets sans forcément courir tout le temps partout. Alors, pourquoi quitter notre belle région ? Il y a encore tellement à faire sur place.

    Quelle est, au jour d'aujourd'hui, la démarche de votre label et ses grands objectifs ?

    Gabz : les objectifs de notre label sont l'édition physique et numérique, la production-management et média culturel via notre webzine. Nous comptons également organiser quelques concerts. Nous avons d'ailleurs quelques dates de programmées pour la rentrée 2014. D'autre part, nous touchons à la sérigraphie et à la réalisation vidéo.

    Babel : nous avons besoin de nous structurer un peu plus. Mais, le coté « flou artistique » est aussi un choix susceptible de paraître suicidaire par les temps actuels avec toutes ces histoires de crises, d'austérité. Encore une fois, nous faisons les choses à notre sauce. Nous ne recherchons pas la rentabilité coûte que coûte. Nous préférons faire et nous faire plaisir avec des projets méritant d’être appuyés. Pour l'instant cela fonctionne, donc tant qu'on gagne on joue !

    Comment décidez-vous de produire l'album, le cinq titres, etc., d'un ou d'une artiste ?

    Gabz : cela dépend vraiment de nos affinités avec l'artiste, de ce qu'il recherche, de ses besoins. Cela dépend également de nos propres capacités et de notre temps. L'artiste doit savoir ce qu'il veut et s'impliquer dans le développement de son univers. Ensuite, notre rôle est de mettre tout cela en forme pour le public, les programmateurs et les médias. S'il n'y a rien, aucune implication nous ne pouvons rien faire.

    Babel : A la grâce de Dieu, c'est lui qui décide !

     

    ADN Music Prod - Sacrée Revanche



    Généralement, quels obstacles devez vous surmonter pour sortir un nouveau disque ?

    Gabz : financier déja ! Ensuite, comme partout j'imagine coordonner l'ensemble des protagonistes intervenant durant le processus (graphisme, communication) face aux exigences de l'artiste qui n'a - souvent - aucune notion de tout se qui se passe en dehors de la création musicale. Mais, sortir un disque n'est pas le plus difficile, le plus difficile est ensuite de le vendre ! Les distributeurs de musique physique sont assez frileux avec les indépendants à moins d’être bien coté par la presse, les blogs et faire des concerts.

    Actuellement, qui sont les artistes solos, les groupes..., soutenus par ADN Music Prod ?

    Gabz : Highlights jusqu'à la mort ! Les artistes présents sur nos compilations en téléchargement libre ont tous notre soutien, nous relayons régulièrement leur actualité. Troopers compositeur électro et Nedoua, un rappeur qui sévit en ce moment sur Montpellier, sont sur notre espace Bandcamp avec chacun un projet en téléchargement libre. Ils intègrent donc notre catalogue. Nous soutenons également la scène locale.

    Babel : les copains de Roadhouse qui se préparent petit à petit, gentiment, The Shelters, Sleep/Walk, Damst, N4mda et moi-même Babel Mondo ! C'est cool de bosser pour les autres, mais j'aimerais bien sortir un vrai truc personnel sur le label, un EP électro-industriel ou autres.

    Parlez nous de la compilation Rockfellaz, du choix des artistes et titres, de sa diffusion.

    Gabz : il s'agit du troisième volet de nos compilations en téléchargement libre et gratuit, regroupant à la fois la crème de la scène underground rock mais également des poids lourds de la scène indépendante hexagonale. Les précédentes étaient consacrées au hip-hop et à l’électro. Rockfellaz explore quant à elle le mouvement Rock dans son ensemble.

    Babel : Au départ cela devait être une compilation majoritairement punk. Puis, nous avons dû élargir le spectre suite à des désistements et contraintes/galères diverses. Globalement, nous fonctionnons au coup de coeur, la plupart des groupes sont, si ce n'est des potes, du moins de bonnes connaissances. Nous mettons en avant prioritairement ceux que nous aimons, sous réserve d'une certaine qualité. Nous ne faisons pas dans le copinage à la con, ce n'est pas le but. Nous cherchons les pépites d'abord sur place et lorsque nous tenons un "filon" nous l'exploitons. Après, nous démarchons quelques "vedettes" de la scène indépendante, histoire d'appâter les frileux avec quelques noms connus. Ainsi, tout le monde est content, les jeunes artistes se frottent aux tenors du milieu, les vieux de la vieille se rachétent une caution d'indépendants [rires] !

     

    ADN Music Prod - Rockfellaz



    Assurez-vous vous-mêmes la diffusion de vos diverses productions et si oui comment ?

    Gabz : oui, sur internet principalement concernant le format numérique. Concernant la diffusion des artistes, nous démarchons les cafés-concert, les salles, petites ou grandes, les associations, les festivals. L'ideal serait d'avoir notre propre festival !

    Babel : nos disques sont en place chez certains disquaires indépendants bordelais, toulousains et plus généralement dans le Sud de la France. Nous envisageons également d'adhérer au groupement de labels indés CD1D avec les gars de la FEPPIA (Fédération des Éditeurs et Producteurs Phonographiques Indépendants d’Aquitaine). L'idée nous botte, il faut juste que nous prenions le temps de nous en occuper. Cela nous permettrait une bien plus large diffusion avec notamment des placements sur des bornes d'écoutes et d'achats, dans des cinémas et certaines bibliothèques entres autres. D'autre part, nous aurions ainsi l'assurance d'être distribué sur la plateforme d'achats CD1D qui offre une visibilité de type "Fnac", sans vendre notre âme. De toute façon, la Fnac et d'autres gros distributeurs ne voudraient pas de nous !

    Désirez-vous transmettre d'autres informations à nos fidèles lectrices et lecteurs ?

    Notre site internet est la source de nos productions, de nos prestations, de notre webzine. Il est accessible ici : www.adnmusicprod.fr Un grand merci au Temps Désarticulé webzine !

    Pour aller plus loin :

    Notre présentation de la compilation Sacrée Revanche (cliquez !)

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  •  "Pour un petit label comme Rusty-Knife, le statut d'association est un atout"

     

    Après son investissement dans des groupes rock, dans des émissions de radio, etc., le camarade niortais Fabien a fondé le label associatif Rusty-Knife Records. Lancé en 2008, son label produit ou co-produit des combos punk, rock, oï, ska... antifas, étrangers et français plus ou moins méconnus par chez nous. Pour notre webzine, le boss nous dévoile le comment du pourquoi de cette aventure.

    Que signifie le nom de ton label et quelles raisons t'ont amené à le nommer ainsi ?

    Plusieurs raisons m'ont amené à nommer mon label associatif de la sorte. Disons que pour faire court, je désirai un nom et surtout un dessin capable de synthétiser le punk, la oi!, le old school, entre autres. D'ou le laurier pour la oi ! et le "poignard de la vengeance" revisité, un vieux symbole de tatoués, le genre loulou si tu vois ce que je veux dire ! Du coup, je suis allée voir le tatoueur de mon quartier et il m'a fait cela. Tous ceci a été réalisé dans l'urgence, pour la première co-production du label à savoir le CD des Cervelli Stanki. J'avais fait passer ce groupe chez nous avec une autre association. Ivano, le chanteur du combo en question, m'a alors parlé de leur projet de disque. Je venais justement de me lancer dans la distribution de disques. Du coup, j'ai sauté sur l'occasion pour lancer mon label. Ce dernier est complémentaire à ma liste de distribution. Cependant, comme je n'avais rien, pas de nom de label, de logo, j'ai dû m'occuper de cela dans l'urgence. Le dessin a mis un peu de temps à arriver mais le disque de Cervilli Stanki a pu voir le jour à temps.

    Depuis quand existe Rusty Knife et quelles étaient tes motivations lors de sa création ?

    Rusty Knife existe depuis 2008, j'avais commencé une liste de distribution sous un autre nom environ deux ans auparavant. Concernant mes motivations, en fait j'avais jusque là touché un peu à tout dans le punk : émissions de radio, groupes, organisation de concerts, sound system, fanzines papier. Il n'y avait que le label que je n'avais pas pratiqué. Et, je dois avouer que c'est bien kiffant. Cela me permet d'élargir mon réseau de connaissances sur toute la planète. Désormais, je suis invité à dormir sur un peu tous les continents (rire). Enfin, plus sérieusement, je considère que dans le mouvement punk il ne peut pas y avoir exclusivement des consommateurs. Si les personnes intéressées arrêtent de prendre des initiatives, de créer des labels, des fanzines, des webzines..., le punk deviendra une musique de consommation de plus et mourra comme meurent les modes.

     

    Rusty Knife - L'antre du boss

    Le garage dans lequel les disques sont stockés avant leur vente


    Quels sont les atouts, les limites du statut d'association loi 1901 dont dépend ton label ?
     
    Je vois bien des atouts au statut de la loi 1901, surtout concernant une modeste label comme Rusty Knife. En gros, cela me permet de faire du "commerce" - désolé, je n'ai pas trouvé d'autres "gros" mots - sans tomber sous les contraintes des véritables commerçants (impôts, etc). Actuellement, 100 % de l'argent récolté suite à la vente de mes productions et autres merchandising, sont ré-injectés dans mon association afin d'être en mesure d'aider d'autres groupes à sortir leurs disques. En gros, lorsqu'un internaute commande un disque sur la e-boutique de Rusty Knife, il aide un autre groupe à produire son disque. Je ne vis pas de l'activité de mon label, j'ai un travail à côté. Cela me permet d'être assez libre dans mes choix. Je ne sors pas un disque juste parce que cela va marcher et rapporter de la thune. Je sors un disque lorsque j'aime la musique d'un groupe et que je me retrouve dans l'état d'esprit de ce dernier ! Bien entendu, je dois également tenir compte des finances de mon label.

    Généralement, quels obstacles dois-tu surmonter afin de sortir un nouveau disque ?

    Comme je suis assez ouvert d'oreille, elles trainent un peu partout, et dans tous les pays. Ce qui n'est pas le cas de la majorité des gens écoutant des formations punk françaises. Et je recupère donc du son d'un peu partout. Du coup, c'est un peu plus difficile de vendre un album d'un groupe punk du "tiers-monde". En comparaison de celui d'un groupe francais étiqueté "légendaire". Après, la question financière est également primordiale évidement ! Au quotidien, c'est toujours un peu la même chose, des groupes m'adressent spontanément du son, des visuels. Ensuite, si le courant passe bien entre nous il sera peut-être possible de faire produire un disque ensemble. J'ai déjà refusé des groupes car leur musique, leur démarche ne correspondaient pas a l'état d'esprit du label. Une fois, un groupe de rockabilly originaire de Sardaigne m'a contacté. Bon, c'est cool qu'il existe, mais je n'écoute pas de rockabilly, donc j'ai dû leur dire non. Comme tu as dû t'en apercevoir, mon label est davantage tourné vers le punk, la oi !, le ska !

     

    Rusty Knife - Les productions


    Parle nous un peu des albums et des compilations, que tu as déjà produit ou co-produit.

    Certains disques partent mieux que d'autres, c'est obligé. Surtout du fait de la raison évoquée dans la question d'avant. Certaines personnes achètent exclusivement des CD, d'autres des vinyls et d'autres les deux. Donc je continuerai à faire un peu de tout. Concernant les compilations, je fais cela de temps en temps de façon totalement DIY et dans l'unique but de promouvoir les groupes du label. Pour être honnête, j'y perds de l'argent à chaque fois, mais cela n'est pas trop grave. Le principal à mes yeux est que le son tourne. Chaque disque est un petit bébé qu'il me tarde de recevoir. Je suis comme un gosse devant le sapin de noël lorsque j'attends les colis d'un disque. Le dernier en date, le Skarmento, est un vrai petit bijou. Je vous le recommande très fortement. De très bons trucs doivent arriver d'ici la fin cette année 2013 et notamment le quatrième album des Guacamaya dont la thématique sera le 10ème anniversaire de la mort de Johnny Cash. Sur ce disque, les Guacamaya feront même une reprise du titre "Folsom prison blues". C'est une l'information exclusive destinée aux lecteurs du Temps Désarticulé ;-)

    Combien de disques as-tu sortie et de quels pays sont originaires les groupes concernés ?

    Alors, depuis 2008, ce sont trente six productions de tous formats : CD, EP, 10", LP. Au moins trois nouveaux disques devraient sortir d'ici la fin de l'année. Soit une moyenne de huit production par an et une tous les mois et demi ! Le rythme est plutôt pas mal, n'est-ce pas ?! Concernant l'origine des groupes, beaucoup viennent d'Europe et surtout d'Italie, d'Espagne. L'italien et l'espagnol sont deux langues formidables en terme de chant. Les combos italiens et espagnols ont, au passage, selon moi, un niveau musical plutôt au dessus de la moyenne dans la scène punk Européenne. J'essaie de faire également profiter de mon label des combos d'autres continents : Lod et bientôt Glory Point d'Asie, Retaque et Puntas De Acero concernant l'Amérique du sud, Askultura, d'Amérique du nord. Et j'ouvre également mon label à quelques combos Français de copains tennant bien la route : Yuka, Hvb, Contingent Anonyme, Kroska, La Théorie du Boxon et d'autres.

     

    Fabien, le boss - Rusty Knife



    Au-delà des tes productions, tu diffuses celles (CD, vinyls, etc.) d'autres labels, pourquoi ?

    Et bien, d'autres personnes ont eu la bonne idée de créer comme moi des labels ! C'est dingue non ?! Nous faisons donc les uns les autres tourner le son. D'autre part, les groupes présents sur mon label me font confiance en me confiant l'une de leur production. Je leur dois donc au minimum d'essayer de diffuser le plus largement possible leur discographie. Le but des groupes étant généralement de donner des concerts, cela les aide un peu à trouver des dates, en France ou en Europe. D'ailleurs, si vous êtes un groupe dont un disque sort un jour sur mon label, il y a de forte chance qu'il soit disponible de l'Amérique du sud jusqu'au Japon. Pour en revenir à la distribution, les autres labels m'envoient leurs disques que je distribue.

    Ta boutique en ligne constitue t-elle un "outil" efficace comparé à un catalogue papier ?

    Oui, maintenant, la plupart des gens ont un accès à Internet. C'est plus rapide comparé au système avec un catalogue papier. Tu passes commande et tu règles le tout directement en ligne. Quelques jours plus tard, tu reçois tes disques à ton domicile. L'époque du catalogue papier ou tu commandais des disques par chèque, sans savoir s'ils étaient encore tous disponibles au moment ou tu écrivais est quasiment révolue ! Surtout concernant les disques d'occasion. Sur ma boutique en ligne, tous les produits présentés sont disponibles au moment où tu commandes, c'est beaucoup plus simple.

     

     "Pour un petit label tel Rusty-Knife, le statut d'association est un atout"



      

    As-tu une idée du temps consacré à ton label et constitue t-il ta principale activité ?

    Houla, beaucoup trop selon certaines personnes qui partagent mon toit ! Et il est vrai que répondre aux courriers électroniques, préparer les paquets, aller à la poste, mettre ma e-boutique à jours avec la description des disques en trois langues, cela me prend plusieurs heures chaque semaine. D'autant plus que les arrivages de disques sont hebdomadaires ! Comme je ne vis pas de cette activité, je fais cela sur mon temps libre. Toutefois, je ne me plains pas car m'occuper de mon label me plait, sinon, je ne la ferais pas ;-)

    Désires-tu transmettre d'autres informations à nos fidèles lectrices et lecteurs ?

    Et bien c'est le moment de faire un peu de publicité ! Si tu joues dans un groupe, si tu recherches un label ou souhaites voir ton disque diffusé dans ma distro, tu peux me contacter ici : rustyknifeATorange.fr Les fans du Temps Désarticulé en quête de disques punk, oi!, ska, peuvent visiter la boutique en ligne de mon association. Les commandes sont généralement expédiées sous 24h00. Je propose environ 700 références, impossible donc de ne pas trouver votre bonheur ! Chaque disque est en écoute via une vidéo youtube ! Les fans de Rusty Knife, peuvent cliquer sur "j'aime" sur la page facebook du label. Merci à toi Jef pour cette interview et longue vie au webzine Le Temps Désarticulé ! Voilà bientôt 25 ans, un gratteux célèbre lachait : "Formez des groupes de rock libre". Je dirais à mon tour, formez des groupes de rock, lancez des émissions de radio, réalisez des fanzines, organisez des concerts libres ! Cheers.

     

    Pour en savoir plus et passer commande des disques estampillés ou non  "Rusty-Knife Records" :

    La boutique en ligne et la distro de Rusty-Knife :
    www.rustyknife.kingeshop.com

    La page Facebook : https://www.facebook.com/pages/Rusty-knife-records-label-and-distro/224563164238862

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Crash Disques - Logo

     

    Nous avons reçu le catalogue Crash Disques, avec les tarifs de novembre 2012 de ce label fondé par un certain Marsu. Au menu ? Raymonde et les Blancs Becs (le 1er album et "Tout le monde à l'usine"), Babylon Fighthers ("Historik 85-88"), Ludwig von 88 ("Houlala", "Houlala trois, l'heureux Tour", "Hiroshima", etc.), La Fraction ("Aussi long sera la chemin"), Upset ("Jonction"), Dead Pop Club ("Autopilot club", "Super Power"), The Thugs ("Tout doit disparaître", "Strick", etc.), La Réplik ("La folie des glandeurs") et bien d'autres groupes. Le délai d'envoi - en Colissimo - des disques commandés est en moyenne de trois semaines. Le règlement de toute commande s'effectue par chèque.  Crash Disques, 21 ter , rue Voltaire, 75011 Paris . Tél. :  01 43 72 71 60. 

    Sites :  http://www.facebook.com/CrashDisques

    http://cd1d.com/fr/structure/crash-disques

    Le catalogue au format pdf : Catalogue Crash Disques - Tarifs novembre 2012

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique